La vie parfaite

La vie parfaite

Silvia Avallone

Liana Levi

  • par (Libraire)
    2 juillet 2018

    Adele et Manuel, Dora et Fabio, Zeno… La vie parfaite raconte leur histoire : histoires d’amours et d’abandons, d’attentes, de choix et de renoncements. Avec beaucoup de justesse, Silvia Avallone nous livre un roman très fort sur la parentalité - mais surtout sur la maternité - et sur cette jeunesse italienne touchée par un déterminisme social croissant.


  • par (Libraire)
    15 mai 2018

    La fureur de vivre, malgré les difficultés

    Raconter la vie quotidienne d'une poignée de gens qui évoluent dans une cité pauvre italienne, à travers le récit d'une fille-mère, voilà le nouveau défi de Silvia Avallone. Elle y arrive avec brio et une finesse d'écriture ainsi qu'une subtilité dans la construction du récit assez incroyables. Les personnages sont dépeints, sans être jugés, à travers leurs faiblesses mais aussi par une rage intense de vivre qui ne les quitte jamais tout au long de ce texte très poignant. Ce roman n'est pas sans rappeler le formidable D'acier de la même auteure, on y retrouve cette même force brute, la même dureté et finalement le même élan littéraire qui caractérise l’œuvre de Silvia Avallone.


  • par (Libraire)
    15 mai 2018

    La fureur de vivre, malgré les difficultés

    Raconter la vie quotidienne d'une poignée de gens qui évoluent dans une cité pauvre italienne, à travers le récit d'une fille-mère, voilà le nouveau défi de Silvia Avallone. Elle y arrive avec brio et une finesse d'écriture ainsi qu'une subtilité dans la construction du récit assez incroyables. Les personnages sont dépeints, sans être jugés, à travers leurs faiblesses mais aussi par une rage intense de vivre qui ne les quitte jamais tout au long de ce texte très poignant. Ce roman n'est pas sans rappeler le formidable D'acier de la même auteure, on y retrouve cette même force brute, la même dureté et finalement le même élan littéraire qui caractérise l’œuvre de Silvia Avallone.


  • par (Libraire)
    15 mai 2018

    La Vie parfaite

    Que dire des romans de Silvia Avallone ? De sa plume incomparable ? De son style à l’énergie débridée ? De sa lecture qui vous laisse K.-O., vous terrasse ? De la violente douleur qui se dégage de ce dernier opus "La Vie parfaite" ?
    Comme les précédents romans, nous sommes en Italie, à Bologne. Où il est question de maternité, de parentalité.
    Aux Lombriconi, cité sans attrait où les gens mènent une existence morne, Adèle, 17 ans et enceinte, ne sait quel avenir offrir à cet enfant. Quel futur lui proposer quand l’horizon semble bouché par des murs de béton, que les hommes fuient leurs responsabilités et que les pères finissent en prison ?
    Quant à Dora, 30 ans, elle crève à petit feu de l’absence d’enfant qui la conduit jusqu’à la folie. Son couple s’étiole, victime de ce désir obsessionnel que rien ne parvient à combler. Que faire ? Continuer à espérer quand bien même l’espoir tue ? Ou renoncer et accepter l’échec d’une vie parfaite, d’une autre vie ?
    Puis il y a Zéno, Claudia, Manuel et leurs rêves.
    Frappés par le sceau du déterminisme social, les personnages de S. Avallone tentent d’entrapercevoir une vie meilleure loin de la marginalisation où les cantonne la société.


  • par (Libraire)
    14 mai 2018

    Bologne, son centre ville bourgeois, sa banlieue déshéritée et ses populations enfermées dans ce quartier à l'univers rétréci. L'auteur explore le thème de la maternité sous toutes ses formes au travers de portraits de femmes (et d'hommes) de milieux divers.
    C'est très juste, les personnages attachants, beaucoup d'empathie dans ce magnifique roman.


  • La vie parfaite....

    La vie parfaite, pas sûr que Adèle la trouve un jour. Elle a 18 ans, habite aux Lombriconi, un quartier de Bologne fait de barres d'immeubles, de cours sales, de mères qui trainent les pieds et de pères qui bossent à l'usine pour le salaire minimum, mais surtout elle est enceinte. Fini les rêves d'avenir. A moins que...
    De l'autre côté du périph il y a Dora, prof d'talien, un mari avec une bonne situation, une belle maison, ça pourrait être la vie parfaite mais voilà Dora est stérile, impossible d'avoir un enfant.
    Entre ces deux univers, Silvia Avallone pourrait imaginer que l'une permette à l'autre de vivre son rêve. Mais ici c'est autre chose qui se joue, ce sont les rêves brisés d'une ado dans une Italie rongée par la crise, le désir d'une femme, jusqu'à la folie, d'avoir un enfant et c'est aussi des hommes qui gravitent et grandissent autours d'elles.
    Bouleversant!


  • par (Libraire)
    7 mai 2018

    Renversant

    Un excellent roman sur le désir de maternité. Fort, puissant, renversant et émouvant.


  • par (Libraire)
    29 avril 2018

    Adèle vient d'avoir 18 ans. Elle habite la cité des Lombriconi, banlieue triste et miséreuse. Elle part accoucher seule à Bologne. Elle veut donner à son enfant la chance d’une vie meilleure et est donc sur le point de l’abandonner. Dora, elle, n'est pas seule. Après des années éprouvantes de FIV ratées, le couple de Dora et Fabio est torturé par le désir inassouvi d'enfant et s'orientant vers l'adoption. Avallone décrit un poignant et réaliste roman sur la maternité et le déterminisme social.


  • par (Libraire)
    16 avril 2018

    Italie. Adèle, 18 ans, va avoir un bébé.
    Dora, elle, est obsédée par son désir d'être mère, contrairement à son amie.
    Chacune veut être libre de décider de sa vie.Mais tout çà n'est pas si simple, le lecteur en est conscient.
    Jeunesse écartelée...
    Image de le vie pas si parfaite...