Librairie coiffard

Elin Cullhed

Éditions de l'Observatoire

22,00
par (Libraire)
20 septembre 2022

Conseillé par Alexandra

Elin Cullhed nous plonge dans la dernière année de Sylvia Plath, au début des années 1960. Nous
partons à la découverte de ses multiples facettes. Entre sa passion pour l’écriture, ses aspirations en
tant que femme, les attentes de ses proches en tant qu’épouse, la place de ses enfants, c’est toute
sa complexité qui est mise en lumière. Alors qu’elle voit sa vie se déliter progressivement sous ses
doigts, Sylvia Plath se raccroche à l’écriture pour essayer de ne pas perdre pied, et ce jusqu’à la fin.
Son dernier poème, “Tout au bord”, nous dira “Ses nus pieds semblent vouloir dire : Nous sommes
arrivés si loin, tout est fini”.

C’est un gros coup de cœur pour ce roman qui a su donner de la densité et de la profondeur à la vie
de la poétesse. Il est à l’image de Sylvia Plath, avec une écriture aussi poétique qu’incisive. Entre la
noirceur de ses tourments, le poids de la société dans laquelle elle aura essayé de trouver sa place,
et la lumière de ses aspirations, c’est un vrai roman introspectif. La franchise et la lucidité de Sylvia
Plath est libératrice.

Vous pouvez poursuivre en lisant “Pourquoi pas la vie” de Coline Pierré, l'occasion de donner la possibilité à Sylvia Plath de
s’émanciper, en imaginant la vie qu’elle aurait pu avoir si elle avait décidé de continuer à vivre.

18,00
par (Libraire)
20 septembre 2022

Conseillé par Alexandra, Célia et Stéphanie

Deux chiens, une femme et trois hommes partent à l’ascencion de La Grande, cette fameuse
montagne dont personne n’a jamais vu le sommet. Cette exploration va les mettre à rude épreuve et
leur faire prendre de la hauteur, aussi bien sur le monde d’en bas que sur leurs certitudes. Seuls
deux d’entre eux seront choisis pour parcourir la dernière partie, qui va les emmener à la rencontre
d’un imaginaire à leur en faire perdre la tête, et qui va leur demander toutes leurs ressources pour
mener à bien leur mission.

Passionné de montagne, Simon Parcot nous offre un récit d’alpinisme dans une atmosphère
empreinte de légendes. C’est avec magie qu’il nous propose une prise de recul sur le monde qui
nous entoure. L’aventure de cette équipe aussi drôle que touchante est haletante. Un bel hommage
à l’imaginaire et à son rôle dans la vision que l’on se fait du monde. “Quand il n’y a pas de place pour
la parole, alors on s’en va crier dans les livres”. Un vrai coup de coeur !

52 activités pour créer et s'amuser toute l'année

Albin Michel

19,90
par (Libraire)
19 septembre 2022

Conseillé par Caroline

En manque d’inspiration pour occuper vos enfants ? "Les mercredis sous la pluie": voilà votre solution ! Un recueil de 52 activités à faire avec les enfants à partir de 3 ans. Classées par saison, les activités sont à réaliser avec du matériel simple (carton, peinture, colle, laine, etc). Guirlande d’Halloween, suspension baleine, couronne de fleurs en carton ou encore marionnettes de Noël sont quelques exemples des activités proposées. Alors, vivement la pluie !

par (Libraire)
19 septembre 2022

Conseillé par Caroline, Marion et Coralie

1860. Dans un petit village du Missouri, un éleveur de dindes peine à vendre ses dindes plus de 25 cents pièces. Simon Green, 15 ans, cancre du village, apprend qu’à l’Ouest elles se vendent plus de cinq dollars pièces. Il entreprend alors d’acheter mille dindes et de parcourir quelques milliers de kilomètres pour les vendre au prix fort. Accompagné d’un muletier à la retraite, Simon embarque dans une aventure aussi rocambolesque que périlleuse.
Au programme de cette bande-dessinée : des personnages drôles et attachants, des histoires fortes et une plongée dans l’Amérique du 19e siècle. Une superbe adaptation du roman de Kathleen Karr par la talentueuse Léonie Bischoff.
À partir de 10 ans

par (Libraire)
16 septembre 2022

Conseillé par Stéphanie

Gaëlle Josse dédie son roman "À ceux qui tombent". Cette dédicace, si simple, en dit beaucoup. Gaëlle Josse a des yeux qui regardent et un écrivain qui sait regarder est capable de voir l'invisible.
"Ce matin-là" s'ouvre aussi sur une comptine ritournelle connue de tous : "Nous n'irons plus au bois". "La belle que voilà" se nomme Clara, prénom de lumière. Mais ce matin-là, la lumière reste éteinte. Clara n'a plus l'énergie, plus l'envie. Clara n'a plus faim de rien, ni de vie, ni d'amour. Le temps d'une comptine, le temps d'une saison, les lauriers du bois devront repousser avant que la belle puisse à nouveau entrer dans la danse.
Il y eut un soir, il y eut un matin et vint la reverdie, "ce mouvement entêté de la lumière, de l'oxygène et de la sève, qui ramène à la vie".
Gaëlle Josse prouve avec talent qu'on peut parler de dépression sans s'apitoyer.
C'est l'histoire d'une chute, d'une hibernation et d'un réveil. C'est si juste, si beau. "Ce matin-là" est comme une "fleur de trottoir". La poésie et l'espérance se sont invitées là où l'on ne les attendait pas.