Librairie coiffard

17,00
par (Libraire)
24 novembre 2016

Conseillé par Stéphanie, Marie-Laure, Manon et Agathe

Solitaire, voire associable au travail, un homme, comptable de son état, devient un autre lorsqu'il pousse la porte du bar de la jolie Lisa. C'est là qu'il a l'habitude de retrouver ses amis, de partager des morceaux de vie autour d'une partie de cartes et d'un café.
Cet homme a une particularité : le bas de son visage est toujours caché derrière une écharpe. Personne ne sait pourquoi. Par amitié, par respect, aucun ne lui a posé la question. Jusqu'au jour où... il renverse son café brûlant sur la fameuse écharpe.
Levant le voile en douceur, l'homme va raconter son histoire à la manière de Schéhérazade, par petits morceaux. Et le lecteur, comme les auditeurs de plus en plus nombreux, sont pendus à ses lèvres blessées qui content une vie marquée par le sceau de la poésie, la fantaisie et l'imagination pour lutter contre les marques de la Grande Histoire.

par (Libraire)
17 novembre 2016

Conseillé par Stéphanie et Linda

Poussez la porte du Chien qui fume. Vous voilà maintenant dans un bar enfumé et bruyant, des Russes Blancs exilés, costauds et bien alcoolisés sont attroupés autour d'une partie de bras de fer. Etonnamment c'est un homme manchot et bien moins costaud que son adversaire qui semble remporter la partie... Cet homme c'est Blaise Cendrars, bientôt rejoint par Erik Satie.
Leur nuit sera un voyage. A travers le Paris des Années Folles, ils croiseront Chagall, Cocteau, Suzanne Valandon, le fantôme d'Apollinaire, un allumeur de réverbère, une girafe et des tziganes. De la rue des Abbesses au boulevard Montparnasse, en passant par le Cimetière du Père Lachaise, Opéra et Austerlitz, cette balade est réjouissante et touchante. Un poète et un musicien : deux pêcheurs d'étoiles.

par (Libraire)
15 novembre 2016

Conseillé par Lucie

En Italie, le long du Pô, la pluie s’abat avec rage depuis de nombreuses heures. À chaque instant, le fleuve menace de sortir de son lit. Témoins de ce déchaînement de la nature, les habitants renforcent les digues et rangent les barques aux abris. Dans cette confusion, une péniche quitte ses amarres et dérive dangereusement sur le Pô.
Le lendemain matin, Tonna, le propriétaire de la barge reste introuvable. Dans la même journée, son frère est retrouvé mort au pied d’un immeuble. Le commissaire Soneri ne croyant pas au hasard, va mener l’enquête pour comprendre la liaison entre ces deux affaires.

Et voici une nouvelle maison d’édition qui nous fait découvrir un auteur talentueux ! Immersion totale dans cette partie de l’Italie. Entre les authentiques vins et repas italiens, l’enquête met en lumière les secrets et les non-dits des habitants de cette région. Un véritable coup de cœur pour ce roman caractérisé par ses personnages denses et atypiques. L’ensemble donne beaucoup de charme à l’intrigue.

Sabine Wespieser Éditeur

26,00
par (Libraire)
10 novembre 2016

Conseillé par Stéphanie, Marie-Laure & Manon

« Fraternels », n’est-ce-pas de cela dont nous avons besoin : un peu de fraternité ?

Nous sommes esclaves volontaires des nouvelles technologies, nous réagissons peu aux effets du changement climatique, l’exploitation du lithium nous indiffère, l’intolérance religieuse est à son comble. Et si nous nous mettions à rire de nos addictions ? A imaginer des sorties aux impasses ? N’est-ce-pas le pouvoir de la fiction ? Interroger le monde à travers un roman : voilà la proposition utopique de Vincent Borel. Offrir au lecteur des personnages insoumis. L’auteur le dit lui-même, son histoire c’est « Rabelais ou Diderot qui auraient rencontré Tarantino ».

22,00
par (Libraire)
3 novembre 2016

Conseillé par Stéphanie

Finir un roman. Et se dire qu'il est bon qu'un auteur nous rappelle combien le pouvoir des mots et de l'écriture est important.
Finir un roman. Et sentir encore un parfum d'Orient pénétrant.
Finir un roman. Et réfléchir. A ce que signifient l'exil, la transmission, la famille, la patrie, la terre d'accueil, la différence.
Finir un roman. Et être encore habité(e) par une histoire tout à la fois joyeuse et douloureuse, musicale, bruyante, emprunte de désir de liberté, d'insoumission, d'amour.
Finir "Désorientale".